LE DERNIER COMBAT



L'étendue du doute paraissait infinie avec l'océan. Ses jours comme ses nuits étant habités par de puissantes ombres et les souvenirs d'un monde englouti, il n'y avait plus dans le chaos de sa tête qu'une seule et unique réalité possible : Les récifs, en face du
Dingle. Antique posture du globe terrestre et appendice tectonique trilobé, cette postulation psychique éclatée de sa mémoire était seule capable d'envahir son corps entier, depuis la racine des orteils jusqu'au vent chassant dans les zones corticales. C'était sur ces pointes fines, sur ces stalagmites géantes que reposait désormais, en équilibre instable, son Saint-Graal ; défi pour tout ce qui restait. Trois îlots pentus, sertis entre deux nuits plus précises et profondes que des idées, formaient désormais la preuve que tout ce qui avait eu lieu jusqu'ici, tout ce qu'il avait fait refait et enduré par milliers de fois, ne l'avaient pas été en vain. Que c'était vrai ! C'était bien réel, et avait la forme le fond et le sommet d'un triptyque de pierres antédiluviennes, plantées-là en aiguilles dans un chaos permanent de vagues tout en spirales. Ces récifs, ce triangle de granit et de nuit résumaient l'étendue de son existence et le vertige de son doute. J'ai grandi aux bords de ces mêmes précipices, se dit-il. Il se sentait happé. Pris, aux épaules au ventre aux cuisses et poussé dans le vide. Ici les lieux agissent comme des dieux. Ils exercent une captation de l'âme, un exorcisme amoureux usant d'un philtre totalisant, mélange informe de paysage et d'éléments, de sentiments suggérés par vagues et de souvenirs d'enfance détissant leur brume natale. Un rapt, doux et violent. Une réalité-rêve qui monte et qui descend. Un diamant brut, divisé en trois dents de charbon. Triple signal de cette perfection gravée dans l'agir. Dans la vampirisation du maintenant.

4 commentaires:

Pixel bleu a dit…

Je me disais comme ça que psomme pourrait s'arrêter à ce point de courbe, garder la suite pour un autre blog, éventuellement mettre en "brouillon", effacer quelques notes précédentes, pour tenir, ou pas, le 14 magique d'un certain L.E-T. ?

Le mettre en ligne...

Je sais pas, il y a surement d'autres choses à faire. Qu'en pensez-vous?

Pixel bleu a dit…

Oui, vous deux, sans qui l'un sans l'autre, rien n'aurait eut lieu.

artistiKKKranletA.3 a dit…

oui enfin sauf qu'à part lire et sourire dans le noir,je ne sers pas à grand'chose ici,si : ........la potiche!!! parfois c'est bien reposant,bises aus deux autres.ka

Pixel bleu a dit…

C'est comme tu veux.
Savoir qu'un sourire se promène ici est bien reposant aussi.
Bise